L'origine du nom du village remonterait au début du deuxième millénaire (10ème ou 11ème siècle). Les noms de lieux commençant par 'LOC' datent généralement cde cette époque.

Saint-Pierre LOPERET , LOPEREG ou LOPEREC c'est-à-dire "Le Lieu" de Pierre , indiquerait donc un emplacement consacré au culte du disciple du Christ.

Cependant, certain Celtisants supposent qu'il y aurait eu, au cours des ans, substitution de Sait Pierre au détriment de Saint Pereg, très connu au pays de Galles dont il était originaire, qui, au 5ème siècle, après un pèlerinage en Terre Sainte, serait venu évangéliser l'Armorique comme tant de ses compatriotes à cette époque.

A l'appui de cette thèse, les nombreux LOPERET, LOPEREG ou LOPEREC que l'on trouve en Bretagne. Le patronyme original PETROCUS aurait lui aussi évolué selon les cas en PETROC, PETREUC, PERREUC, PERREC, PEREC etc (voir "St Petroc CornishSaints" écrit par G.H.Doble , traduction de J.L. Malgorn en 1928).

Autour de la chapelle, le village conserve encore plusieurs bâtiments, leurs dépendances et leur puits caractéristiques des fermes bretonnes du Morbihan, en granit de la région, avec des petites fenêtres, les escaliers extérieurs, les toitures en 'chapeau de gendarme' où l'ardoise a remplacé le chaume.

Durant le XVIIIème siècle, la France a été en état de guerre quasi permanente avec l'Angleterre dont les navires bloquaient très souvent les ports de Brest, Lorient et Nantes. Les seuls ports accessibles en Bretagne était donc ceux de Auray et Vannes, au fond du Golfe du Morbihan.

C'est ainsi que Benjamin Franklin accosta à Auray et logea au "Pavillon d'en Bas" à St. Goustan lorsqu'il vint en France pour la première fois, en 1777, solliciter l'aide de Louis XVI lors de la guerre d'indépendance des Etats-Unis d'Amérique.

Mais les abords du goulet de Port-Navalo sont d'accès difficile, surtout au nord de l'ilot de Méaban où les rochers à fleur d'eau abondent et où de nombreux vaisseaux avaient fait naufrage devant Loperec en voulant mouiller dans le golfe (entre autre la famille royale de Bragance, du Portugal).

De là le nom de STER ER VERED (la baie du cimetière) donné à la baie de Saint Pierre où auraient été enterrés des naufragés.

Non loin du village, deux dolmens, l'un à Pointe Er Vil, l'autre à Pointe er Hourel, confirment la situation de LOPERHET en plein coeur de la région des mégalithes.

A quelques encablures du village de Saint Pierre à Pointe Er Hourel les Vénètes, trahis par le vent qui leur fit défaut, perdirent , face aux galères romaines le combat qui, quatre ans avant Alesia (56 ans avant JC), annonçait la domination romaine sur la Gaule et la fin de la civilisation Celte. Pendant la guerre de 1939-1945, les allemands ont occupé le village qui était alors en zone occupée et y ont construit des blockhaus le long de la cote.